Archive

Posts Tagged ‘Pologne’

Labirynt (1962) – Jan Lenica

novembre 30, 2012 Laisser un commentaire

https://i1.wp.com/static.rateyourmusic.com/lk/l/w/b399222527f7ae9670cbf17a1620e141/4479613.jpg

https://i0.wp.com/static.rateyourmusic.com/lk/l/w/a4ee54b421634498e3712a5524260b2b/4479597.jpg

https://i1.wp.com/static.rateyourmusic.com/lk/l/w/4750292f72fe6c6ac653ebe2acccf5fa/4479604.jpg

https://i0.wp.com/static.rateyourmusic.com/lk/l/w/99844faa21e7aeeb52c2f6c3575be510/4479601.jpg

https://i2.wp.com/static.rateyourmusic.com/lk/l/w/aeaaf69f46e576a0bc577851d8109f04/4479606.jpg

https://i0.wp.com/static.rateyourmusic.com/lk/l/w/27bb75c46ea81b7a37cc938ed27af886/4479609.jpg

https://i1.wp.com/static.rateyourmusic.com/lk/l/w/60501ddc9a38458ed9cbd860e573606a/4479612.jpg

Publicités
Catégories :Galerie Étiquettes : , , ,

Trans-Atlantique (1953) – Witold Gombrowicz

novembre 30, 2012 Laisser un commentaire

Gonzalo nous serre dans ses bras et, multipliant les révérences, nous guide vers la maison. Je reste ébahi, ébahis aussi Tomasz et son fils, à la vue des Salons, des vastes Salles, du luxe : Plafonds, Parquets, Stucs et Boiseries, Alcôves, Colonnes, Tableaux, Statues et aussi des Angelots, Lutrins, Pilastres, Gobelins et Tapis, et partout des Palmes, Vases d’argent filigrané, de cristal, de jaspe, Patères, Marqueteries sur palissandre, Cuirs repoussés vénitiens ou florentins, plats en Vermeil. Et toutes ces choses pressées l’une contre l’autre, en grappes si compactes que c’est à vous donner le tournis : un Angelot jouxtant une Chimère, une Madone dans un fauteuil, un Vase sur un brocart, un objet sous la table, un autre derrière une amphore, une Colonne, dieu sait pourquoi et à quoi ça rime, et à côté un Bouclier ou peut-être un Plateau.

Toutefois, le respect nous prend à voir des toiles du Titien, des Raphaël, des Murillo et autres Chefs-d’œuvre.

– Ce sont des trésors, dis-je, des trésors !

– Précisément, dit-il, des trésors. Je n’ai pas lésiné pour les acquérir et je les ai tous entassés ici afin qu’ils se Déprécient un peu. Tous ces Chefs-d’œuvre, ces Peintures, ces Statues enfermés ensemble ici se Dévaluent l’un par l’autre du fait de leur profusion, et leur Dépréciation est devenue telle que je peux tranquillement casser ce Vase, par exemple (et le voilà qui fait basculer de son socle un Vase persan ajouré couleur jade en majolique d’Astrakhan, lequel se brise en mille morceaux).

[…]

– Tiens, dit à ce moment Tomasz, on dirait que les chiens se mordent par ici !

Deux petits chiens traversent en effet la pièce, l’un trapu, un Pékinois mais pourvu d’une longue queue, l’autre un Berger mais portant queue de rat et gueule de Bouledogue. Ils passent en courant et se mordant mutuellement.

– Hé oui, s’écrie Gonzalo, ils se mordent, ils se mordent ! Justement ! Voyez donc, cher Monsieur, comme cette Madone mord ce Dragon sino-indien, et ce Tapis persan en train de déchiqueter mon Murillo là-bas, et ces Stucs qui mâchonnent les Statues… Diable, je ferais sans doute bien de leur acheter des Cages si je ne veux pas qu’ils s’Entredévorent tous ! » Avec un grand éclat de rire, il saisit une cravache sur la table et commence à en fouetter les meubles : « Tiens, dit-il, voilà pour toi ! Et pour toi ! Tranquille ! Cesse de mordre ! Couché, couché ! »

Catégories :Citations Étiquettes : , , ,

Le Labyrinthe (1969) – Piotr Kamler

juin 15, 2012 Laisser un commentaire

 

Catégories :Galerie Étiquettes : , , ,

Slodkie rytmy / Sweet rhythms (1965) – Kazimierz Urbański

mai 25, 2012 Laisser un commentaire

 

 

 

Catégories :Galerie Étiquettes : , , , ,