Accueil > Citations > D’un regard l’autre : Arc-en-ciel des fuites (1948-49) – Joë Bousquet

D’un regard l’autre : Arc-en-ciel des fuites (1948-49) – Joë Bousquet

Il y a des peintres. On se demande pourquoi ? On ne sait pas davantage comment ils ont inventé d’exister.
L’un d’eux m’a donné son avis :
« Le peintre est un révolté. Quelqu’un qui n’accepte pas la condition humaine. »
Un jour, il s’aperçoit que tout ce qui fout le camp a une couleur. Le crépuscule ressemble à un oeuf pourri, le moisi est une fleur qui ne se laisse cueillir et dit cependant : ne m’oubliez pas.
Couleurs jamais vues sur ce qu’on peut revoir. Le vomi nous regarde sous la terre.
Cette couleur exclut la forme, elle a soif de contours.
Elle est l’envers de la flamme et ne peut désormais recevoir une forme que de l’imagination humaine.
En peinture, il n’est de voie correcte que selon la triple dimension du regard !
Vous croyez que le peintre a voulu reproduire ou produire des images, c’est tout le contraire. Il n’y a pas d’images et il le prouve.

Publicités
Catégories :Citations Étiquettes : , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :