Accueil > Cinéma, Citations > La mort de Nick Carter (1926) – Philippe Soupault

La mort de Nick Carter (1926) – Philippe Soupault

Quatre heures du matin.
Nick Carter dormait mais dans son sommeil il écoutait encore.
La sonnerie du téléphone ne l’éveilla qu’à peine.
Il attendait la voix de son aide Patsy.
– Allô ! Nick ?
– 367, c’est moi.
– J’ai vu. Sans grand résultat.
– Raconte !…
– La maison s’ouvre comme une huître. Il faut pousser de toutes ses forces pour entrer, un coup d’épaule ne suffit pas. Dans l’antichambre quatorze tables sont placées les unes à côté des autres par rang de taille. Sur la première sont posés une orange et un couteau, sur la seconde  un plumeau vert, sur la troisième deux coquillages, sur la quatrième un sou neuf espagnol, sur la cinquième un mouchoir bicolore (bleu et jaune), sur la sixième une paire de ciseaux, sur la huitième il n’y a rien, sur la neuvième une lampe à huile, sur la dixième un œillet blanc, sur la onzième une rose et un caramel, sur la douzième un verre rempli de vin, sur la treizième un éléphant en ivoire, sur la dernière une carte de visite cornée, la carte de S. M. le Shah de Perse. Au pied de cette grande table (dix mètres sur neuf), une sonnette.
  La porte entre’ouvert donne sur le salon ; du feu dans la cheminée, sur un fauteuil une paire de gants, à terre, devant un gros meuble de style hollandais, une canne de jaspe. Le salon semble démeublé. Dans cette immense pièce il n’y a qu’un guéridon à trois pieds. Au mur un tableau du XVIIIème qui porte l’indication suivante rédigée en langue allemande : « Wilhelmine, Prinzessin von Preussen, spätere Markgrâfin von Bayreuth« . Un des yeux a été crevé. Sur le mur en face du tableau, une affiche rose qui vante les effets d’un produit de beauté. Un candélabre à sept branches portant des bougies inégalement consumées est placé sur la cheminée. Une glace au-dessus de la cheminée porte, écrite à la craie, l’indication suivante : « M. Bart. 7h I/2 pour voir ». La pièce voisine à gauche de la porte est une salle de bains. A droite la pièce est également une salle de bains, mais beaucoup plus grande. Dans cette vaste salle on voit un piano à queue au centre. Pour pénétrer dans la cage de l’escalier je fus obligé de déplacer un gros fauteuil de cuir. L’escalier est modeste d’apparence mais il a ceci de particulier que les marches sont peintes selon les couleurs de l’arc-en-ciel. La première marche est rouge, la seconde rouge vermeil et ainsi de suite. Sur le palier un arrosoir. Je distinguai trois portes peintes en blanc portant trois numéros différents : 18, 322, 4. Dans la chambre numéro 18 une jeune femme est couchée dans un lit de parade. Elle dormait en tenant une fleur dans sa main droite, un bâton de rouge pour les lèvres dans sa main gauche ; je ne pus l’éveiller. La chambre est très simplement meublée, on croirait une chambre d’hôtel de troisième classe.
  La chambre 322 qui correspond au salon est l’exacte reconstitution de la chambre Louis XIV au palais de Versailles. Seul le portrait du roi en cire est remplacé par un réveille-matin. Dans la chambre numéro 4 deux hommes en habit noir, une fleur de catalpa à la boutonnière, jouaient aux échecs. Ces deux hommes sont morts. Du moins ils ne respirent pas. Je fermai cette porte et grimpai au grenier. C’est une vaste salle avec des fleurs, un grand lit et une petite table. A terre, il y avait un téléphone : ce qui me frappa et m’inquiéta (j’ai eu un peu peur, Nick, je l’avoue) fut un cendrier banal où une cigarette achevait de se consumer. Le lit était défait ; j’y posai la main, il était encore tiède. Instinctivement je saisis mon revolver et fis le tour du grenier ; il n’y avait personne. Un chapeau avait été jeté dans un coin. C’était un melon beige qui avait été acheté chez Monsieur Grelot, chapelier du feu roi Edouard VII, place Vendôme. 
Publicités
Catégories :Cinéma, Citations Étiquettes : , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :