Accueil > Citations > Le songe d’une femme (1899) – Rémy de Gourmont

Le songe d’une femme (1899) – Rémy de Gourmont

Ne me reconnais-tu pas, amant? Nous sommes ce que tu aimes et ce que tu viens d’adorer séparément. Nous sommes, réunies à la hâte, il est vrai, la beauté même qui t’a réjoui cette nuit ; nous sommes chaque partie d’elle-même, chacune des chapelles où tu t’es mis à genoux avec beaucoup de ferveur. Qu’importe l’ordre de notre architecture? Veux-tu que les jambes soient des bras et les bras des jambes? Voilà. Regarde. Veux-tu que les yeux soient au bout des seins et les framboises des seins à la place des yeux? Voilà. Regarde. Veux-tu que la bouche qui te parle, te parle d’entre mes blanches cuisses, mon mignon? Voilà. Regarde. Veux-tu que la tête descende à la hauteur de mon ventre et que mon ventre soit ma tête? Voilà. Regarde. Tu vois je m’exprime très bien et pourtant je n’ai pas de dents. En suis-je moins belle? Nous n’en sommes plus, mon cher, à la spécialisation des organes. Nous sommes des intelligences, nous autres, et nous savons tirer parti des anomalies. N’as-tu pas un petit miroir de poche? Donne. Oh! que je suis jolie! Voilà l’ordre véritable des choses, voilà l’architecture définitive.

Publicités
Catégories :Citations Étiquettes : , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :