Accueil > Citations > Obliques : L’imaginaire en évolution (1974) – Roger Caillois

Obliques : L’imaginaire en évolution (1974) – Roger Caillois

Le propre de la science-fiction, ce qui caractérise la révolution dont elle procure déjà la mythologie et demain les archives, exige qu’elle récuse dès le départ l’action des êtres sans substrat matériel, « êtres » ou « choses » qui constituaient le ressort même du fantastique. Ils sont exclus par les règles du nouveau jeu imposé par des lecteurs qui, après une très lente érosion de leur sensibilité au surnaturel, n’attendent à la fin que des révélations de la science les mystères et les angoisses, les énigmes et les épouvantes capables de les captiver ou de les faire trembler. L’inintelligible, l’horrible ont cessé d’apparaître comme des forces qui se jouent de la science positive, à qui du reste l’étrange n’est plus étranger. En effet, l’effroyable, l’insolite lui sont maintenant intérieurs et presque constitutionnels : intimes. A la limite, ils se présentent comme plus scientifiques qu’elle-même. Il semble qu’ils ne fassent jamais qu’en devancer les arguments, les découvertes, sinon les exploits les plus alarmants.

Publicités
Catégories :Citations Étiquettes : , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :