Accueil > Citations > Les Ziaux (1943) – Raymond Queneau

Les Ziaux (1943) – Raymond Queneau

 

Nuit: une syllabe
Murs: clos comme des hexagones
Nuit: une syllabe
Automne: essoufflées et lasses d’attendre
les abeilles au coeur trop tendre…
Nuit: serpent troué d’anneaux rayon de l’arc-en-ciel
les dieux entrecroisés font danser les arceaux
des lettres oubliées parmi moult mols muets mots

La nuit fait feu et tue le monde
La nuit fait feu et mue le monde
La nuit fait feu et le monde rue

Tout semble s’évanouir même les montagnes agiles
Nuit

 

 

Publicités
Catégories :Citations Étiquettes : , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :